De l'autre côté Index du Forum

De l'autre côté
Forum abordant tous les thèmes relatifs au paranormal et à la spiritualité, dans un esprit de convivialité et d'échange..

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

phase hypnagogique ou hypnopompique

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    De l'autre côté Index du Forum -> PARANORMAL, SPIRITUALITE, ESOTERISME -> LE FIL D'ARIANE : LE RÊVE, CE MONDE INCONNU
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Wunjo
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2016
Messages: 1 137
Localisation: Aubagne
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon

MessagePosté le: Ven 9 Juin - 14:45 (2017)    Sujet du message: phase hypnagogique ou hypnopompique Répondre en citant

bonjour voici un article tiré d'un forum
Nuage, ça concerne peut etre ton fils aussi ?


Source http://www.attrape-songes.com  un excellent site et forum









Voici un article de Ryan Hurd sur le sujet traduit en français: 

L'état hypnagogique désigne l'ensemble de l'imagerie, des sons et des sensations corporelles étranges qui se font ressentir au "début du sommeil." Ça, c'est la version simple, car les chercheurs ont noté de l'imagerie hypnagogique en laboratoire pendant des périodes d'éveil calme, ainsi que pendant le stade 1 du sommeil. D'autres ont mis en corrélation l'état hypnagogique avec les ondes alpha qui précèdent le sommeil et aussi avec l'intrusion de REM au moment où l'on s'endort. La vérité, c'est que l'on ne comprend toujours pas comment se passe la transition veille-sommeil, ses effets visuels psychédéliques non plus. 

Peu de gens se souviennent des images hypnagogiques. Cette étape est trop évanescente, elle peut ne durer que quelques secondes. Mais ces images ne sont pas restées inaperçues par les amateurs de rêve des siècles passés : lumières vaporeuses, objets géométriques multidimensionnels, le flash d'un visage inconnu ou d'un ours en peluche. Des scènes de rêve entièrement articulées se manifestent occasionnellement, mais elles sont déconnectées et se présentent généralement sous la forme d'une seule image ou une seule scène, plutôt qu'en une longue trame narrative comme nous en voyons dans les rêves de type REM.

Des bruits étranges, des voix et des sons qui filent sont courants, ainsi que des bruits mécaniques étranges comme des bips et des boups. Certaines personnes s'entendent appelées par leur nom, comme si cela venait de la chambre voisine. Parfois, les voix implorent, d'autres fois, elles accusent. Par ailleurs, ce genre de choses peut aussi arriver au sortir du sommeil, dans ce cas, cette imagerie est appelée hypnopompique (l'imagerie, en ce sens, comprend les sons et les sensations corporelles).

Certains entendent de la musique — personnellement, j'ai de temps en temps été l'auditeur d'orchestres hypnagogiques vivaces, ayant le choix d'écouter passivement ou de me concentrer sur un instrument particulier pour provoquer un solo. J'ai pu assister à des concerts de musique classique, de jazz, et même d'electronica darkwave down-tempo, qui me remplissaient à chaque fois de joie et d'admiration au réveil.

En définitive, les sensations corporelles ressenties pendant la phase hypnagogique sont juste zarbs. Les sensations sont celles d'un flottement, d'une chute, d'une décorporation. Beaucoup d'OBEs se produisent à l'endormissement. Ensuite, vient la secousse hypnotique, cet éveil soudain juste après une immersion complète dans le rêve : on descend des escaliers puis on rate une marche, on conduit une voiture et boum! on fonce dans le pare-choc de la voiture d'en face.

Certaines personnes sont hantées par l'imagerie hypnagogique. Plutôt que de ne durer que quelques instants, elle se poursuit et s'étale sur de longues périodes de temps. Ces personnes peuvent ouvrir les yeux et cependant voir encore les images de rêve recouvrant — et parfois — interagissant avec l'environnement physique. Les visions cauchemardesques les plus courantes sont celles d'affreux insectes rampants, comme des cafards sur les murs et au plafond, qui se laissent tomber sur le lit. Parfois, ceux qui souffrent de cette imagerie hypnagogique sentent la «présence invisible» que l'on sent dans les visions de paralysie du sommeil, mais dans l'ensemble les entités mythologiques et humanoïdes sont plus rares à l'état hypnagogique dépourvu de paralysie. 

De nombreux inventeurs, artistes et scientifiques ont rapporté des éclairs de génie intervenus lors d'une sieste rapide. En fait, selon Deidre Barrett, auteur de The Committee of Sleep, Thomas Edison et Salvador Dali avaient tous les deux mis au point une méthode dans laquelle ils incubaient volontairement des rêveries hypnagogiques.

Plus connu, le chimiste August Kekulé en est venu à comprendre la structure de la molécule de benzène après s'être endormi devant le feu, en voyant la figure classique de l’Ouroboros : une série de molécules qui serpentent et se mangent la queue les uns les autres. 

On a réfléchi pendant des décennies sur le pendant neurologique de l'imagerie hypnagogique. Un des contemporains de Freud, Henry Silberer, un brillant chercheur en rêve à part entière, pensait que l'imagerie hypnagogique est le meilleur exemple de l'autosymbolisme, principe selon lequel tout ce que nous pensons sur le moment est converti en métaphores visuelles. Le psychologue Harry Hunt a noté que l'imagerie se rapproche moins de l'imagerie de rêve REM que des choses que l'on voit pendant la méditation, la privation sensorielle (l'effet Ganzfeld) et surtout l'extase psychédélique du LSD ou de psilocybe. Le chercheur en sciences médicales Rick Straussman a suggéré dans DMT: The Spirit Molecule que la glande pinéale nous offre un précieux joyaux de DMT endogène quand nous entrons dans la transe hypnagogique, qui se caractérise par des ondes THETA prédominantes. 

Une autre constatation prometteuse vient d'une étude de 2010 publiée dans les Actes de l'Académie américaine des sciences. Les chercheurs suggèrent que l'imagerie hypnagogique n'est pas liée à l'activité cérébrale du cortex frontal, mais à la désactivation des différentes parties du cerveau à l'endormissement. Les neuroscientifiques savent depuis longtemps que plusieurs parties du cerveau "s'endorment" à des moments différents, mais jusqu'à récemment, on ne savait pas que le thalamus s'éteignait avant le cortex, souvent avec plusieurs minutes d'avance. 

En raison du rôle du thalamus dans le traitement de l'imagerie visuelle ainsi que des informations spatiales, cela pourrait expliquer pourquoi nous nous sentons encore éveillés quand une certaine imagerie bizarre dérive soudain sur le champ visuel. Peut-être que sans la médiation par le thalamus, il nous est donné la conscience non seulement de l'imagerie visuelle autosymbolique, mais aussi des sensations corporelles et ainsi celle de l'espace. 

Selon certains lecteurs de ce blog, le 5-HTP et la mélatonine peuvent empêcher l'apparition furtive de sensations hypnagogiques. C'est une approche plus douce que la méthode pharmaceutique qui fait appel à des antidépresseurs "tueurs de rêves". Toutefois cette méthode reste appropriée aux personnes souffrant d'hallucinations hypnagogiques indésirables.

D'autre part, l'état hypnagogique peut être une voie intéressante vers l'état méditatif. Je connais un méditant qui fait régulièrement l'expérience de plus de 20 minutes de cet état, et qui s'en sert dans les domaines de l'inspiration artistique et de la pratique spirituelle. Comme le rêve lucide et la remémoration des rêves en général, cela demande de la volonté et de la patience. Dormir sur le dos favorise les HH, mais attention, car cela peut tout aussi bien favoriser la paralysie du sommeil. 

Essayez aussi de siester l'après-midi, et éviter l'alcool ou la caféine pendant quelques jours pour améliorer votre hygiène de sommeil. Une fois maîtrisée, la paralysie du sommeil peut ouvrir la voie à des aventures encore plus hypnagogiques. 

Source : http://dreamstudies.org/2010/12/10/hypnagogic-dreams-and-imagery/

J'ai bien aimé cette phrase : "Un des contemporains de Freud, Henry Silberer, un brillant chercheur en rêves à part entière, pensait que l'imagerie hypnagogique est le parfait exemple de l'autosybolisme pendant lequel toutes nos pensées du moment sont transformées en métaphores imagées."

Également : "Le psychologue Harry Hunt a remarqué que l'imagerie (hypnagogique) ressemble moins à l'imagerie onirique en REM(sommeil paradoxal) qu'aux images aperçues pendant la méditation"


Autre point intéressant : "Des chercheurs supposent qu'au commencement du sommeil l'imagerie hypnagogique n'est pas liée à l'activité du cortex frontal mais à la désactivation de diverses parties du cerveau. Certains neurologues ont longtemps su que différentes aires du cerveau "s'endorment" à différents moments,"
Avant d'ajouter : "jusqu'à tout récemment, on ne savait pas que le thalamus se désactivait avant le cortex".
Et de tenter une conclusion : "Parce que le rôle du thalamus est de traiter l'imagerie visuelle, y compris l'information spatiale, cela pourrait expliquer pourquoi nous nous sentons réveillés au moment où cette imagerie étrange traverse notre espace visuel." (Je dois avouer que je n'ai pas tellement compris sa conclusion.)

Dans cet article, on apprend aussi que le 5-HTP ou la mélatonine (suppléments lucidogènes) sont susceptibles de supprimer ces images fugitives (pratique pour les personnes sujettes à des images désagréables).

L'imagerie hypnagogique peut se produire pendant l'état intermédiaire, au coucher, le matin entre deux rêves, voire à la fin d'un rêve (dans ce cas-là, on parle d'hallucinations (ou imagerie) hypnopompique(s)).





Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 9 Juin - 14:45 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
emeraude
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 09 Juil 2016
Messages: 637
Localisation: tarn
Féminin Capricorne (22déc-19jan) 羊 Chèvre

MessagePosté le: Lun 12 Juin - 23:28 (2017)    Sujet du message: phase hypnagogique ou hypnopompique Répondre en citant

les chercheurs me sidérerons toujours avec leurs jargot
 que de mots savants pour expliquer tout simplement que lorsqu on est en plein sommeil  le cerveau est en ébulition , c est a dire que lui ne dors pas et réceptionne tout ce que nous pouvons voir et vivre pendant ce temps 
Revenir en haut
Wunjo
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 13 Juil 2016
Messages: 1 137
Localisation: Aubagne
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon

MessagePosté le: Jeu 29 Juin - 15:55 (2017)    Sujet du message: phase hypnagogique ou hypnopompique Répondre en citant

j'avais pas lu ...
Tu te trompes, Hypnagogique c'est l’état dans lequel tu es quand tu es en train de t'endormir mais tu ne dors pas.
Tu es encore lucide et tu commences à réver ou pas, mais tu es lucide !!!
Depuis quelques mois je "m'amuse" à le faire durer, c'est vraiment incroyable ce qu'on peut y voir.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 11:01 (2018)    Sujet du message: phase hypnagogique ou hypnopompique

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    De l'autre côté Index du Forum -> PARANORMAL, SPIRITUALITE, ESOTERISME -> LE FIL D'ARIANE : LE RÊVE, CE MONDE INCONNU Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | creer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com